Le jour d’après

2015 . 05 . 29

 

IMG_0921Vendredi 29 mai 2015, 8 h 30, très en retard sur mon horaire habituel, je sors du lit; levée du corps plutôt pénible. Vivement un café régénérateur ! J’ai besoin d’avoir les idées claires pour planifier ma journée.

Ça s’annonce mal. Je tourne en rond. Je ne sais par où commencer. J’hésite. Ce n’est pourtant pas le boulot qui manque !

Mais voilà. Hier, à la même heure, j’étais déjà sur le qui-vive, au Théâtre Capitole de Québec, en plein montage pour l’événement qui aurait lieu plusieurs heures plus tard et qui me tiendrait en alerte jusqu’en toute fin de soirée. Et tous les jours et les soirs précédants, j’étais à mon poste, fignolant les moindres détails et gérant les changements de dernière minute.

La course folle qui précède un événement. Le stress qui s’empare de toi au moindre pépin technique lors des préparatifs. L’adrénaline qui monte tandis que les participants entrent en salle, et montent encore et encore au moment de donner le « CUE » de départ. C’est épuisant, bien sûr. Mais oh ! combien stimulant !

Quelqu’un m’a dit récemment : « MarieBis, avec ton expérience, avec des dizaines et des dizaines d’événements à ton actif, tu devrais peut-être songer à déléguer un peu le Jour J ? Concentre-toi sur le concept. Imagine le scénario. Produis les outils. Rédige les textes… Mais laisse tomber les heures de « staging ». Évite les longues répétitions. Oublie la réalisation. »

Pardon ?

Abandonner mon « bébé » ? Laisser à quelqu’un d’autre le soin de réaliser ce que j’ai imaginé ? Ne pas constater de visu le résultat de mon travail ? Ni le savourer pleinement aux côtés de mes clients ? Tu parles d’une idée !

Le Gala Diamants du CHU de Québec, animé par l’irrésistible Christopher Hall avec qui j’ai toujours tant de plaisir à travailler, s’est avéré une fois de plus une éclatante réussite. Les invités étaient au rendez-vous et l’ambiance chaleureuse. Les rires ont fusé aux moments prévus. L’émotion était palpable lors des témoignages. Les nommés et gagnants étaient fiers de leur réalisation… et moi aussi.

Le jour d’après, c’est toujours comme ça. Et bon sang que j’aime ça !

MarieBis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *